chiens-neige-fiche-film

Caractéristiques

  • réalisateur : Ann-Kristin Reyles
  • année de production : 2007
  • date de sortie : 12 décembre 2007
  • durée : 86 minutes
  • pays : Allemagne
  • festivals : Festival de Berlin 2007 Forum Prix Fipresci

Synopsis

Noël approche. Henrik et Lars, son fils de 16 ans,  habitent une vieille ferme de l’Uckermark, dans le nord-est de l’Allemagne. La grange doit être remise en état et transformée en hôtel pour accueillir des mariages.
Nouveaux venus dans la région, le père et le fils n’ont pas de contact avec les autochtones.
La relation entre Henrik et Lars se caractérise également par l’absence de communication. Lorsque Lars apprend que son père a une liaison avec sa tante Jana, il se sent plus isolé que jamais.
Mais il fait la connaissance de Marie avec qui il se balade dans la campagne enneigée.
Le chaos familial atteint son paroxysme lorsque la mère de Lars débarque à l’improviste avec son amant pour fêter Noël.

Revue de presse

Les inrockuptibles

La moisson de “l’école berlinoise” se poursuit tranquillement avec ce nouveau drame familial plongeant ses racines dans le terreau allemand. C’est peut-être l’oeuvre la plus discrète du lot, qui traduit et illustre pleinement par sa forme, son sujet et son décor l’influence bénéfique du rigorisme de l’Est sur toute une frange de la cinématographie allemande. Une utopie campagnarde figée dans la neige du titre et dans la glaciation hivernale qui nimbe superbement le récit – métaphore de la situation de l’ex-Allemagne de l’Est. Le film n’est pas pour autant neurasthénique. Il a même un caractère presque tonique. Après cet engageant conte drolatique aux accents cruels, on restera attentif à la suite de la carrière d’Ann-Kristin Reyels.

Vincent Ostria

Télérama

Atmosphère réfrigérante pour ce premier film sur l’incommunicabilité familiale. (…) Alternant des scènes de tension et les belles parenthèses contemplatives, la cinéaste donne au paysage, sublime et désolé, le statut de personnage à part entière. A côté de cette splendeur harmonieuse, les dissonances familiales semblent encore plus criantes. Sous la croûte gelée des non-dits accumulés, une histoire d’amour réussira pourtant à percer. Loin du pathos et des bons sentiments, il y a dans la complicité de Lars et de Marie une énergie sensuelle et joyeuse.(…)

Mathilde Blottière

Les cahiers du cinéma

Ann-Kristin Reyels (…) subvertit discrètement la portée comique du radio-crochet
familial pour faire entendre (…) la solitude de Lars et de son père (…) L’exacte
définition du meilleur cinéma allemand d’aujourd’hui.

Charlotte Garson

Ciné Live

Noël approche. Henrik et Lars, son fils de 16 ans, vivent ensemble dans une vieille ferme de l’Uckermark, dans le nord-est de l’Allemagne. La grange doit être remise en état et transformée en hôtel pour des mariages. Nouveaux venus dans la région, le père et le fils n’ont pas de contact avec les autochtones. La relation entre Henrik et Lars se caractérise également par l’absence de communication. Lorsque Lars apprend que son père a une liaison avec sa tante Jana, il se sent encore plus isolé que jamais. Mais il fait la connaissance de Marie avec qui il se balade dans la campagne que la neige rend magique. Pour Noël, tout semble parfait lorsque la mère de Lars débarque à l’improviste avec son amant. L’organisation du mariage devient un champ de bataille des sentiments.

Xavier Leherpeur

Première

La jeune réalisatrice, qui signe ici son premier long-métrage, filme les scènes comme des gifles (…) Et distille grâce à ses comédiens, tous parfaits, une étonnante petite musique mitriste, mi-gaie, pour dire la glaciation des sentiments et l’impératif besoin de briser tous les silences.

Isabelle Danel

Pariscope

Les liens familiaux, amoureux ou sociaux sont au coeur de ce film au charme mélancolique qui parle de la difficulté de grandir, de communiquer et d’avancer. La nature glacée et harmonieuse, inquiétante parfois, utilisée comme un vrai personnage, offre un beau contraste avec les sentiments des personnages, contenus, violents, douloureux. Un premier film prometteur et une réalisatrice à suivre.

Virginie Gaucher

Téléciné Obs

Un père et son fils tentent de s’intégrer dans le village où ils viennent de s’installer. Alors que le premier tente de refaire sa vie avec sa belle sœur, le second tombe amoureux d’une jeune sourde-muette. Sur fond de paysage enneigé et de fausse quiétude campagnarde, la cinéaste allemande filme la tension entre les protagonistes avec une justesse émotionnelle qui force l’admiration.

Xavier Leherpeur

Le Monde

Des chiens dans la neige » : dans un village hostile à la nouveauté, le salut vient des femmes. 

Qui sont les chiens annoncés dans le titre ? Ces nouveaux venus, condamnés à la solitude. Un homme qui voudrait refaire sa vie, son fils parcourant la campagne en Solex, leurs chiens de chasse courant dans la neige sans parvenir à rapporter du gibier. Qui endosse le rôle du garde-chiourme ? Le cafetier local, qui voit d’un mauvais oeil la complicité naissante entre sa fille sourde et le gamin venu de la ville, et abat d’un coup de fusil l’un des chiens de ces « visiteurs » indésirables. (…)
Dans le film d’Ann-Kristin Reyels (son premier), où les mâles sont crispés sur leurs blessures, l’apprentissage du héros est fait par les femmes. Femmes adultes, prêtes à refaire leur vie sans pataquès, comme la mère ou la tante. Femme vierge, comme la jeune Maria, qui entraîne Lars à faire une partie de tennis de table au foyer du village, innocente récréation avec quelques désoeuvrées, lui fait découvrir la beauté des paysages, les délices de la balançoire, le rêve d’un refuge dans la carcasse abandonnée d’un vieil avion, la communication par gestes authentiques. Maria, marginale au masque de loup, handicapée rédemptrice qui saura éviter à Lars de finir comme ces animaux au cadavre pris dans la glace.
Des chiens dans la neige se clôt par une veillée de Noël symbolique où le père sert un civet de lapin mal mijoté et où, dans une atmosphère à couper au couteau, le jeune amant de la mère (candide intrus) se met à chanter un air de Schubert où il est question de laisser les chiens fous hurler. Le jeune Lars est parti chercher son avenir ailleurs, du côté de Maria et des lendemains dégelés. Du côté d’Ann-Kristin Reyels sans doute…

Jean luc Douin

  • Irritzina, le cri de la génération climat.

    de Sandra Blondel & Pascal Hennequin – France –

  • Priscilla, folle du désert

    de Stephan Elliot – Australie – 1994

  • The net

    de Kim Ki-duk – Corée du Sud – 2016

  • The Bacchus Lady

    de E J-Yong, Corée du Sud, 2015

  • Suntan

    de Argyris Papadimitropoulos, Gréce, 2016

  • Homo sapiens

    de Nikolaus Geyrhalter, Autriche, 2016

  • Sparrows

    de Runnar Runarsson, Islande/Danemark/Croatie, 2015

  • Mountain

    De Yaelle Kayam, 2015, Israël – Danemark

  • Blanka

    de Kohki Hasei -2015 – Italie

  • La chambre d’en face

    de Michael Noer – 2015 – Danemark

  • Censored Voices

    de Mor Loushy – 2015 – Israël/Allemagne

  • Amours, larcins et autres complications

    De Muayad Alayan, 2015, Palestine

  • Les nuits blanches du facteur

    D’Andreï Konchalovsky, 2014, Russie

  • Heinrich Himmler – The Decent One

    De Vanessa Lapa, 2014, Israël / Allemagne

  • The Gambler

    De Ignas Jonynas, 2013, Lituanie / Lettonie

  • Siddharth

    De Richie Mehta, 2013, Canada / Inde

  • Trap Street

    De Vivian Qu, 2013, Chine

  • Hemel

    Sacha Polak, 2012, Pays-Bas

  • Wajma, une fiancée afghane

    De Barmak Akram, 2013, Afghanistan / France

  • Workers

    De Jose Luis Valle

  • Eat, sleep, die

    De Gabriela Pichler, 2012, Suède

  • Ici et là-bas

    De Antonio Méndez Esparza, 2012, Espagne / USA / Mexique

  • Sharqiya

    De Ami Livne, 2012, Israël / France / Allemagne

  • A little closer

    De Matthew Petock, 2010, USA

  • Nouveau souffle

    De Karl Markovics, 2011, Autriche

  • Hors des sentiers battus

    De Dieter Auner

  • Les petites voix

    De Jairo Eduardo Carillo & Oscar Andrade, 2010, Colombie

  • Pure

    De Lisa Langseth, 2010, Suède

  • Voltiges

    De Lisa Aschan, 2011, Suède

  • Un été suédois

    De Fredrik Edfeldt, 2002, Suède

  • Le braqueur – la dernière course

    De Benjamin Heisenberg, 2009, Allemagne

  • Soldat de papier

    De Alexei German Jr, 2008, Russie

  • Norteado

    De Rigoberto Perezcano, 2009, Mexique

  • La nana

    De Sebastain Silva, 2009, Chili

  • Parking

    De Mong-Hong Chung, 2008, Taïwan

  • Parque via

    De Enrique Rivero, 2008, Mexique

  • Amours aveugles

    De Juraj Lehotsky, 2007, Slovaquie

  • 7ème ciel

    D’Andreas Dresen, 2008, Allemagne

  • Un monde sans eau

    De Udo Maurer, 2007, Autriche / Luxembourg

  • Children

    De Ragnar Bragason, 2006, Islande

  • Shotgun stories

    De Jeff Nichols, 2007, USA

  • Des chiens dans la neige

    De Ann-Kristin Reyles, 2007, Allemagne

  • Armin

    De Ognjen Svilicic, 2007, Croatie

  • Montag

    De Ulrich Köhler, 2005, Allemagne

  • Lucy

    De Henner Winckler, 2005, Allemagne

  • Guernesey

    De Nanouk Leopold, 2005, Hollande

  • Des bateaux d’écorce de pastèques

    D’Ahmet Uluçay, 2004, Turquie

  • Voyage scolaire

    De Henner Winckler, 2002, Allemagne

  • Marseille

    D’Angela Schanelec, 2004, Allemagne

  • En route

    De Jan Krüger, 2004, Allemagne

  • Le bois lacté

    De Christoph Hochhaüsler, 2003, Allemagne

  • Le faisan d’or

    De Marat Sarulu, 2001, Khirghistan

  • Le pouvoir de la province de Kangwon

    De Hong Sang-soo, 1998, Corée du Sud

  • La vierge mise à nu par ses prétendants

    De Hong Sang-soo, 2000, Corée du Sud

  • Le jour où le cochon est tombé dans le puit

    De Hong Sang-soo, 1996, Corée du Sud

  • Salvajes

    De Carlos Molinero, 2001, Espagne

  • Paragraphe 175

    De Ron Epstein & Jeffrey Friedmann, 1999, Etats-Unis

  • Le retour de l’Idiot

    De Sasa Gedeon, 1999, République tchèque